Restons calmes, ne nous énervons pas…

Ces temps-ci, il y a quelque mérite à suivre ce conseil tant les propos des uns et des autres sont de nature à envenimer les relations entre européens, notamment entre la France et l’Allemagne : «tension amicale», «affrontement démocratique», «confrontation», etc., voilà les termes employés crescendo.

Certes, il faut réorienter les politiques européennes qui nous ont conduits à la crise financière, économique et sociale, en tout cas qui ne nous ont pas protégés de cette crise venue d’ailleurs.
Mais réorienter, pas n’importe comment. Le surendettement de certains Etats doit diminuer ; les déficits budgétaires annuels ne doivent plus être une habitude. Autrement dit, la relance économique demandée par la France et la remise en ordre financière pour ne pas dire la rigueur demandée par l’Allemagne, doivent se combiner. Tout le talent demandé aux responsables politiques est de fixer habilement le point d’équilibre.

Ce n’est pas facile, mais c’est faisable. Et ce sera d’autant plus faisable que l’on évitera des attaques excessives, surtout entre ces deux pays qui sont et restent le moteur de l’Europe indispensable à notre bien commun.

 

Catherine LALUMIERE