Parlement européen : « L’Assemblée des Femmes »

Parlement européen : « L’Assemblée des Femmes »

Ne comptant que 36, 6% de femmes en son sein, le Parlement européen ne mérite peut-être pas tout à fait ce titre, qui est celui d’une pièce où Aristophane mettait en scène, voici 2400 ans, la prise en mains de la démocratie directe athénienne par les femmes qui ne supportaient plus la mauvaise gestion de leur cité par les hommes …

Mais en ce 8 mars, à l’approche du scrutin QUI VA LE RENOUVELER, il est bon de rappeler à quel point ce parlement – qui fête cette année les 40 ans de sa première élection au suffrage universel – est vraiment une assemblée pour les femmes.

Dès sa création en 1957, la Communauté européenne a inscrit dans le traité de Rome l’égalité entre les sexes parmi ses principes. A l’époque, il s’agissait de garantir aux femmes un salaire égal pour un travail égal. Depuis, le Traité sur l’Union européenne a gravé l’égalité entre les femmes et les hommes comme une des valeurs fondatrices inscrites  à son article 2, et ce principe parcourt toutes les politiques européennes.

Egalité dans le travail, protection de la maternité, conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, lutte contre toutes les formes de discrimination et de violences…Il reste tant à faire, et le combat pour l’égalité entre les sexes, qui est un marqueur de qualité pour toute démocratie, n’est jamais définitivement gagné. Mais en cette période électorale où tout un chacun s’interroge légitimement : « Voter pour un Parlement européen, à quoi ça sert ? » il est essentiel de faire savoir à quel point l’action de l’Europe dans ce domaine a fait depuis 60 ans, et progresser les législations  et  évoluer les mentalités dans tous ses états membres .Et il faut souligner tout  ce qu’on doit dans ce domaine au Parlement européen

Dès sa première élection au suffrage universel en 1979, non seulement il a élu une femme, Simone Weil ,à sa tête – mais grâce à la ténacité d’élues de toutes les tendances politiques, il a créé en son sein une commission d’enquête sur la situation des femmes en Europe, commission qui s’est vite transformée en Commission permanente – la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres – à égalité de pouvoirs avec les autres commissions thématiques (ce qui, au passage, n’est pas le cas au parlement français…), et qui depuis, composée de femmes et d’hommes, imprime sa mission dans toute la législation européenne.

Cher.e.s ami.e.s dans nos Maisons, plongez-vous dans  les documents de travail de cette commission, faites connaître l’action de l’Europe, nourrie de l’engagement militant  de tant de femmes et d’hommes, dans ce domaine essentiel pour nos vies quotidiennes.

L’héroïne d’Aristophane s’appelle Praxagora, qu’on peut traduire par « citoyenne active »…Au débat et aux urnes le 26 mai, citoyennes – et citoyens !

Martine Buron
Présidente de la FFME