Les Roms

L’Europe est depuis longtemps confrontée au « problème des Roms », tziganes, gitans, manouches… Notre amour des autres a visiblement des limites : tous ces « gens du voyage » sont trop différents de nous. Ils deviennent insupportables !

Alors certains des nôtres se permettent tout et n’importe quoi. Certes, l’Europe – tous pays confondus – a besoin de règles pour organiser le Vivre ensemble. La criminalité et la délinquance doivent être sanctionnées. Mais, de là à jeter aux orties les grandes valeurs humanistes qui sont notre fierté, il y a un pas. Non, nous ne pouvons pas jeter l’anathème sur un groupe entier sans distinguer au sein de ce groupe les délinquants de ceux qui n’ont rien fait de mal. Non, au risque de fouler aux pieds le principe d’égalité, nous ne pouvons pas distinguer entre les citoyens selon les modes et le moment de leur naturalisation. Non, nous ne pouvons pas utiliser des procédures qui infligent des traitements inhumains ou dégradants à des familles entières, notamment les enfants.

L’Europe a mis des siècles à forger les principes que l’on expose fièrement dans la Convention européenne des Droits de l’homme et dans la Charte des droits fondamentaux. A toute allure ce socle de valeurs peut s’effondrer… Attention !