Edito – Eté 2021

Edito – Eté 2021

Chères Maisons de l’Europe

Quelques mots à la veille du ressourcement d’été, bienvenu pour tous, administrateurs bénévoles,  salariés, partenaires de nos activités.

Nous avons eu la tristesse d’apprendre, en ce début de semaine, la disparition d’Alain Barrau, ancien vice-président de la FFME.

Mon premier contact avec Alain remonte au début des années 1980, où nous occupions rue de Solférino deux bureaux voisins, responsables, lui des jeunesses socialistes, moi de la « lutte des femmes »… Nos activités avaient déjà une forte dimension européenne ; la toute récente élection d’un Parlement européen au suffrage universel encourageait tous les acteurs politiques à s’engager dans l’émergence d’un véritable espace public européen. Nos ancrages comme élus locaux dans deux régions différentes ont espacé nos rencontres, mais ont contribué de façon identique à nous convaincre que l’Europe politique se construirait par la base, avec la population de nos territoires, à travers les échanges avec les autres citoyens européens. Notre engagement dans les Maisons de l’Europe en était la conséquence naturelle. Plus tard, en tant que responsable du Bureau d’Information du Parlement européen en France, Alain s’est beaucoup appuyé sur notre réseau pour valoriser à travers les régions françaises l’action de ce pilier central de la démocratie européenne. Administrateur des deux Maisons de Montpellier et de Paris, il avait rejoint notre Comité directeur en 2017 et était devenu Vice-président de la  Fédération. Il avait beaucoup apporté à nos réflexions et nos projets, en particulier à travers son expérience acquise dans les Mouvements d’éducation populaire, contribuant à inscrire l’éducation populaire à l’Europe, condition de l’émergence d’une citoyenneté européenne active, comme vocation de notre réseau. Alain aurait dû prendre ma suite à la présidence de la FFME ; un accident de santé en 2019 l’en a empêché. Nous regrettons vivement son absence, mais nous poursuivons dans sa voie.

Concentrés, à la mi-juillet, sur la reprise de la pandémie, et le spectacle bouleversant des inondations catastrophiques qui se sont abattues, tout près de nous, sur nos amis allemands et belges, nombre de nos concitoyens n’ont pas prêté attention à la présentation par la Commission européenne des textes législatifs qui vont donner corps au Pacte vert européen, réponse de notre Union aux défis du réchauffement climatique. Inondations, incendies, les conséquences de celui-ci continuent depuis à nous mettre face à nos responsabilités. La Commission propose des textes d’une ampleur sans précédent, encore à amender et adopter par le Parlement Européen et les Etats membres. Leurs impacts sur tous les aspects de nos vies quotidiennes (production,transports, logement, alimentation..) seront immenses. Ces mutations profondes pour être acceptées et menées à bien devront s’appliquer de façon socialement juste, et donc être préparées démocratiquement et accompagnées des nécessaires mesure redistributives. Un travail pédagogique et participatif tous azimuts pour nos Maisons de l’Europe…Le projet « Europa’table » s’inscrit dans ce cadre, et la relance à la rentrée de la Conférence pour l’avenir de l’Europe nous en offrira de nombreuses occasions.

Pour y être prêtes, nous comptons beaucoup sur nos Rencontres fédérales fin septembre à Bourg en Bresse…Beaucoup s’interrogent certainement sur les conséquences possibles de l’évolution de la situation sanitaire. En tout état de cause, les Rencontres se tiendront aux dates prévues, même si malheureusement nous ne pouvons le faire en présentiel. Retenez-les absolument dans vos agendas, les dernières précisions viendront fin août!

D’ici-là, gardant l’espoir et la conviction européenne au cœur, passons un bel été !

Martine Buron