Edito – Bonne année 2020 !

Edito – Bonne année 2020 !

Europe 2020 : une adolescente de 70 ans … et un hymne à la joie !

 

Que d’événements dans le paysage européen et mondial – sans oublier la société française – dans les deux derniers mois de 2019, et autant de défis à relever en cette année  2020 qui commence …

En novembre dernier, nos Maisons de l’Europe ont à juste titre multiplié les témoignages historiques et les débats consacrés au 30ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. Rappel d’un moment fort en émotion, symbole du processus de retrouvailles, autour des valeurs communes de liberté, de démocratie, d’égalité et de respect de l’état de droit, des deux moitiés d’une Europe divisée par la guerre froide. Mais aussi occasion de s’interroger sur le désenchantement manifesté par les opinions publiques de ces nouveaux membres de l’Union, l’espoir déçu d’une société non seulement plus libre, mais plus juste, et sur tout ce qu’il reste à faire pour assurer « la cohésion économique ,sociale et territoriale, et la solidarité entre les Etats membres» promises par le Traité de l’Union… La réponse relève de la volonté politique des gouvernants, mais pour nous citoyens, elle implique d’apprendre, à tous les niveaux, à mieux se connaître pour mieux se comprendre entre européens.

Début décembre, la nouvelle Commission européenne, pour la première fois dirigée par une femme, a pris ses fonctions. Elle a proposé aux peuples de l’Union – à charge pour les législateurs, gouvernements des états membres et Parlement européen largement renouvelé, d’en assurer  la mise en œuvre – un programme ambitieux de nature à répondre aux défis d’une planète menacée dans sa survie même et agitée de conflits de toute nature, en cherchant à assurer dans des conditions supportables et équitables les inévitables changements.

En priorité, transition écologique, avec la mise en question du concept même de croissance : « le pacte vert est notre nouvelle stratégie de croissance » ; transition numérique, avec les bouleversements apportés à l’économie et au monde du travail ; transition géopolitique, avec la grande interrogation sur la place et le rôle de l’Europe dans un monde où les structures de coopération et les accords de désarmement laissent la place à la compétition agressive, voire l’affrontement violent entre puissances ; avec l’obligation pour l’Europe de prendre en charge, dans le respect de ses valeurs fondamentales et dans l’intérêt collectif, les effets ces changements sur les flux migratoires…

Un programme, sur fond de liens à retisser avec le Royaume Uni après le Brexit, dont la réalisation  demande aux responsables des états membres de l’Union européenne une véritable vision à long terme et la volonté politique de dépasser les égoïsmes nationaux et de mobiliser les moyens nécessaires à une vraie solidarité politique et financière, et à une présence unie et affirmée sur la scène mondiale…

En cette année 2020, les européens se rappelleront que voici 70 ans les responsables politiques de pays à peine sortis d’affrontements sanglants ont ensemble permis à Robert Schuman de faire le 9 mai la déclaration qui a été le coup d ’envoi d’un des plus beaux projets de paix et de coopération entre peuples de l’histoire de l’humanité…

Nos gouvernants sont-ils capables d’un pas en avant d’une même ampleur pour répondre à l’urgence  de la situation ? C’est notre souhait le plus profond en ce début d’année.

Et c’est notre raison d’être que d’y contribuer, car l’opinion des citoyens joue un rôle essentiel. La société civile doit être convaincue que l’Europe n’est pas un problème, mais le cadre incontournable des solutions ; et pour cela la société civile doit être associée et s’exprimer sur la mise en œuvre des politiques européennes.

C’est cette conviction que l’Europe n’est possible qu’avec les européens qui anime le travail des Maisons de l’Europe et de leurs nombreux partenaires sur le terrain. C’est pourquoi notre projet fédéral 2020 vise à approfondir ces partenariats et à mettre plus largement notre savoir-faire européen au service des nombreuses structures d’éducation populaire qui font vivre la démocratie.  La FFME se réjouit dans ce cadre d’avoir obtenu l’agrément «  Jeunesse et de éducation populaire.

Et c’est dans le même esprit que la FFME s’associe, à l’occasion des élections municipales, à la campagne « Union européenne des Territoires » de l’association « Sauvons l’Europe » pour engager tous les candidats à prendre en compte dans leurs programmes municipaux la dimension européenne.

L’approfondissement de l’éducation à la démocratie au service du projet européen sera aussi au cœur de nos prochaines Rencontres nationales à Scy-Chazelles –  « chez » Robert Schuman ! – les 12 et 13 mars prochains.

D’ici-là, nous vous souhaitons pour 2020 le plein de ces belles expériences humaines qui viennent renforcer nos convictions, et qui nous rappellent que notre hymne est un hymne à la JOIE – une joie fraternellement partagée !

 

Martine BURON
Présidente de la FFME