Après les élections du 7 Juin

Comme prévu, il y a beaucoup de points noirs, mais quelques lueurs d’espoir :
Dans l’ensemble de l’Europe, un taux d’abstention record, surtout dans les milieux populaires: c’est inquiétant.
Dans plusieurs pays dont le Royaume-Uni, une montée des nationalismes aux antipodes de l’esprit européen : préoccupant.
En France, on échappe heureusement à ce mouvement nationaliste et on observe un phénomène encourageant : les campagnes qui ont eu de bons résultats sont celles où l’on a parlé de l’Europe, en mettant l’accent sur de grands projets (exemple : la protection de l’environnement).
Cela signifie que les électeurs, malgré leur dégoût ou leur colère, en fait, s’intéressent à l’Europe. Beaucoup la souhaitent différente. Beaucoup se plaignent d’être mal informés et peu écoutés. Mais cela ne signifie pas qu’ils soient définitivement indifférents.
Pour une Maison de l’Europe, ceci est une leçon et un encouragement à redoubler les efforts.