26 mai 2019 – « cettefoisjevote.eu »

Cette fois, nous, citoyens européens, avons voté. Et parmi nous, ceux dont sondeurs et medias déploraient le désintérêt pour la politique : les jeunes, les primo-votants, ont voté.

Pour nous les Maisons de l’Europe, dont la raison d’être est de faire vivre la citoyenneté européenne, c’est la bonne nouvelle de ce scrutin, aux niveaux de la France et de l’UE.

Les raisons de cet engagement inattendu sont certainement plurielles et diverses selon les pays. Elles feront l’objet d’analyses approfondies dans les jours qui viennent.

Mais j’ai le sentiment que, pour une fois, la communication sur l’Europe a fonctionné.

D’abord les medias, que nous autres ONG « militantes » de la cause européenne accusons volontiers et depuis longtemps de ne pas « faire le job » de l’information sur les réalités et les enjeux de l’Europe, ont pour cette élection du Parlement européen changé de braquet. Ils ont multiplié reportages, analyses, débats de fond, accessibles et éclairants (je ne parle pas des éléments de la campagne officielle nationale, exercice ingérable). C’est vrai de la presse et de l’audiovisuel traditionnels, c’est encore plus   vrai des nombreuses plateformes d’information en ligne, produites par des organes de presse ou des associations européennes comme le ME-F, fournissant données factuelles et éléments de décodage pour combattre l’afflux des fake news.

De leur côté, les institutions européennes, Commission et Parlement, ont pour la première fois mis en commun leurs moyens de communication, dans la campagne vivante et participative  www.cettefoisjevote.eu. Les Maisons de l’Europe ont pu relayer ces éléments et en démultiplier l’efficacité, tout en sensibilisant sur le terrain, dans le prolongement des « Consultations citoyennes sur l’Europe » qui nous ont mobilisées en 2018, et avaient fait émerger le réel « appétit d’Europe » de nos concitoyens – comme d’ailleurs la priorité qu’ils accordaient aux enjeux environnementaux.

Nous voici maintenant pourvus de notre nouveau Parlement. Y siègent des sortants et des nouveaux venus qui nous connaissent et sont parfaitement conscients de l’enjeu démocratique que représente l’émergence d’un espace public et d’une véritable opinion publique européens. Ces députés seront nos relais. Le Parlement 2019-2024 est politiquement plus divers, plus fragmenté, que dans sa composition précédente. Plus que jamais les compromis positifs seront nécessaires pour dégager les majorités propres à conforter, dans un « monde de brutes », le projet de l’UE : état de droit, démocratie, sauvegarde de la planète, justice sociale…Pour construire ces compromis à partir d’un assentiment citoyen, il va être plus que jamais nécessaire de mieux se connaître et débattre entre européens. Les Maisons de l’Europe sont prêtes à assumer et jouer leur rôle dans ce défi ; la participation au vote hier est un encouragement.

Martine Buron

Présidente de la FFME